• Quetsche et Mirabelle

  • Commentaires

    1
    Ouly
    Samedi 21 Décembre 2013 à 19:56

    C'est extrait d'un documentaire sur l'origine de la fortune des Kennedy ?


    Y a d'la pomme ?


    C'est une boisson d'hommes ?

    Y a des clients qui deviennent aveugles ?




    Plus sérieusement, la tenue des locaux et du matos laisse à désirer, ça fait un peu tiers-monde.
    Ma gnôle ne vient pas de là, tant mieux.

    Et puis noble breuvage et gobelets plastiques se marient mal !



    2
    Samedi 21 Décembre 2013 à 19:59

    Le local est attachant, mais il sera détruit dans quelques jours !

    3
    Léon
    Dimanche 22 Décembre 2013 à 09:43

    Bonjour Philippe,


    BRAVO pour ces quelques clichés d'un passé très courant dans nos campagnes mais, hélas aujourd'hui révolu.


    Mon père disposait encore du "privilège" de bouilleur de crû et j'en ai gardé un nombre innombrables de photos et même quelques films en super 8.


    La réaction d'Ouly me surprend beaucoup et, dans une certaine mesure, me peine car il montre une certaine ignorance du "monde" de la campagne et des traditions de ce milieu.


    Faire de la "bonne goutte de Mirabelles" n'est pas à la portée de n'importe qui, et la qualité ne dépend en rien du milieu 5* aseptisé ou de la grange encombrée : c'est la nature des fruits qui importe, leur niveau de maturité à la mise en fût, la durée de conservation et les conditions de stockage jusqu'à la distillation, enfin le nettoyage et l'hygiène deu process de distillation qui font la différence.


    Qu'il achète un breuvage issu de l'industrie "schnapsière" est son affaire, il aura au moins d'année en année un produit à priori identique quelle que soient les conditions météo qui conditionnent la quantité et la qualité des fruits récoltés (avec la chimie on sait faire) mais il se prive malgré lui d'une eau de vie "naturelle", incomparable en saveurs authentiques et qui, d'une année à l'autre présente des particularités comparables à celles de nos vins, hélas perceptibles par des gouteurs avertis...


    Dans le monde d'aujourd'hui les "bobos" semblent de plus en plus nombreux et l'habitude de regarder en arrière pour y puiser nos sources d'inspiration pour apréhender le futur se perdent !


     

    4
    Ouly
    Dimanche 22 Décembre 2013 à 17:24

    Cher Léon,

     

    ayant un faible pour la bière, j'ai eu l'occasion et à titre professionnel de pénétrer dans moultes brasseries y compris des toutes petites qui n'ont rien à voir avec l'industrie. Jamais je n'ai rencontré ni locaux ni matériels aussi douteux que ceux ici photographiés.

    Normal, les brasseurs du monde entier (comme les viticulteurs et les œnologues) ont pour maître un certain Monsieur Pasteur qui faisait de l'hygiène une priorité absolue.

     

    Travailler l'alimentaire en espérant que microbes et bactéries seront tués par l'alcool est peut-être une tradition, mais c'est une mauvaise tradition.

     

    Pour ce qui est de la production presqu'industrielle, comparativement à l'artisanale, il est vrai de dire que la qualité du produit final est bien plus stable. Pour avoir goûté un grand nombre de produits artisanaux, je dois dire qu'aujourd'hui j'y rechigne un peu. Trop nombreux sont les distillateurs privilégiant la force du breuvage, ils sont satisfaits lorsque faisant déguster leur production ils font tousser le consommateur  voire lui arrachent une larme (d'où mes allusions ci-dessus à une célebre scène de film). Pour ma part je préfere et de loin les producteurs qui mettent la prépondérance sur le goût.

    A noter que mes appellations sont erronées, industriel est en réalité artisanal, et artisanal serait plutôt équivalent d'amateur.

    Si il m'est arrivé de rencontrer d'excellents produits issus d'amateurs, c'est très loin d'être la règle, le plus souvent cette production ne peut guère que servir en hiver dans le lave-glaces.

    Combien de fois sommes-nous confrontés à un produit qui arrache, certes, mais dont nous sommes incapables de dire s'il s'agit de quetsche, de reine-claude, de mirabelle parfois même la framboise n'est pas identifiable.

    Si d'aventure les lecteurs se promènent du côté de Neufchateau dans nos belles Vosges, je leur conseille ardemment de passer par le village de Beaufremont, ils pourront y rencontrer un distillateur efficace.

     

    5
    Léon
    Dimanche 22 Décembre 2013 à 21:32

    her Ouly,


    J'apprécie beaucoup vos posts et je partage l'avis de beaucoup sur la valeur ajoutée de vos réflexions sur ce blog : vos remarques sont toujours très pertinentes, instructives, souvent savantes et vous contribuez certainement à l'enrichissement de nos connaissances.


    Mille fois merci pour tous ces enseignements !


    Pour ma part je suis plus "terre-à-terre", issu d'un milieu ouvrier et paysan mon conditionnement cantonne ma réflexion vers des choses simples, orientées vers le terroir et les traditions avec un faible pour jeter un regard vers notre passé citoyen, comme pour y puiser l'inspiration utile à ne pas en renouveler les erreurs.


    Je ne me reconnais pas dans la narration des produits "arrache-gueule" que vous évoquez, mais si je ne doute pas qu'ils aient existé, je ne pense pas qu'ils fussent les plus répandus.


    Ils existe des restos, notamment dans les cités balnéaires, qui ne respectent pas les règles élémentaires d'hygiène alimentaire : ce n'est pas une généralité pour autant fort heureusement...


    Je sais pour ma part, pour l'avoir vu pratiquer, qu'il y a beaucoup "d'amateurs avertis" qui bricolent de la bonne gniole avec un savoir-faire avéré du niveau des industriels de la chose.


    Et cela commence par la récolte des fruits à maturité, indemmes de pourriture et d'impuretés, au contraire de ceux hélas qui ramassent à la pelle tout ce qui est tombé à terre et impropre à la bouche.


    La veillée de Noel a quelque chose de magique pour celles et ceux qui ont su garder une âme d'enfant leur permettant de s'émerveiller encore aux mystère de la vie : je vous souhaite un Joyeux Noel, chrétien ou athé, peu importe, pourvu que que l'évocation de la naissance de cet enfant divin attendrisse l'espace d'un instant notre coeur et nous rappelle l'humilité de notre existence.


    Cordialement


     

    6
    Ouly
    Lundi 23 Décembre 2013 à 05:48

    Mais Léon, terroir et traditions sont des valeurs auxquelles j'adhère totalement, dans le cas présent il semble que nous soyons plus dans le bricolage...

    Philippe ne nous donne malheureusement pas d'explications, pas facile de juger autrement que selon ce qui est visible sur les photos, et là c'est assez déplorable.

    Je vous suis tout à fait lorsque vous évoquez la qualité des fruits, je ne pense pas qu'il soit possible d'obtenir de bons produits si l'on utilise pas de bonnes matières premières, et ça vaut à mon avis dans tous domaines.

    Par contre, et je me répete, j'ai trop souvent été déçu par les bricolos du schnaps pour vous approuver en ce sens. Mais peut-être ai-je manqué de chance après tout même si c'est improbable, ce n'est pas impossible.

    Merci pour vos remarques dithyrambiques, j'en suis pourpre de confusion.

    Par contre, l'histoire de l'enfant divin est une substitution, cette période donnait lieu à des festivités bien avant l'apparition du christianisme, raison de plus pour ne pas laisser une certaine communaité vouloir nous priver de ces fêtes, elles sont à l'origine paîennes et laîques, ne lui déplaise. Et ceux qui ne veulent pas de nos fêtes n'ont qu'à aller voir ailleurs !

     

     

    7
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 19:46

    Merci les amis, il est plaisant de lire votre échange.

    J'aime le bon sens de Léon et le côté provocateur du fidèle Ouly.

    Le local va être reconstruit à neuf, ce qui plaira à Ouly, mais j'en suis pour ma part désolé, car je suis attaché à ce vieux local, dont le terrain est mis à disposition par la mairie du village depuis 1955, jusqu'à 2054 ! L'essentiel est que les alambics soient conservés, ainsi que leur chauffage au bois.

    Ce ne sont en effet pas les murs qui font la qualité du schnaps, ni même les verres pour le déguster, en bonne compagnie.

    Ouly, si je ne connaissais pas votre bon fond, je pourrais vous trouver blessant, car vous dénigrez le noble travail de gens simples, qui ne font pas de chichis, mais qui savent vivre malgré une vie rude, notamment par la solidarité qu'ils montrent, et ont un grand bon sens. Récolter les quetsches et mirabelles, les préparer, puis distiller est une activité saine au milieu d'un village. Le résultat est très honorable, je serais intéressé par une dégustation à l'aveugle pour mesurer la qualité de vos breuvages comparée à celle qui est issue du terroir lorrain.

    Les 10 premiers litres, à 75°, sont un délice  !

    8
    Ouly
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 21:42

    Première photo partie gauche, présence d'un tuyau crasseux.

    Quand c'est crasseux dehors la probabilité est grande que ce soit crasseux dedans.

    Très peu pour moi.

    La dernière fois que je me suis penché sur le sujet, les Vosges étaient en Lorraine, mes breuvages sont donc “terroir lorrain”.

     

    75°...Faut bien ça pour tuer les bactéries !

    (et il en est cependant qui résistent)

     

    « Ce ne sont en effet pas les murs qui font la qualité du schnaps »

    Non, mais ce sont eux qui peuvent génerer l'infection.

    Traiter de l'alimentaire en un pareil local,avec du matos crade par des personnes vétues de fringues souillées (cf. le pantalon sur la photo 7), Beurk !

     

    9
    Dimanche 29 Décembre 2013 à 23:45

    Je réponds en sirotant une Mirabelle 2006 du local.

    Le tuyau en question amène de l'eau de rinçage et nettoyage. Il est possible que du fruit soit tombé dessus car la sortie de vidage de l'alambic est proche. Il n'y a aucun contact possible entre ce tuyau et les fruits avant distillation. Le local est nettoyé à fond en fin de journée, il est inspecté.

    Le tuyau d'arrosage de votre jardin est-il crasseux à l'intérieur ?! Votre remarque n'est pas pertinente.

    Ne faites pas votre Américain qui a peur des bactéries ! Dans ce cas, vous ne mangez et buvez que du pasteurisé, sans goût. A votre aise, mais très peu pour moi.

    Le pantalon n'est pas sale, il est vieux, ce n'est pas pareil. La raison en est que l'odeur de fruits et d'alcool est persistante, et donc il est possible de porter de vieux vêtements jetés ensuite. Cependant, pour ma part, j'ai aéré et lavé les vêtements, depuis personne ne m'a dit que je sentais le schnaps, sauf peut-être maintenant si je dis bonsoir à mes enfants !

    Hips !

    10
    Ouly
    Lundi 30 Décembre 2013 à 00:11

    Á la bonne vôtre Philippe !

     

    J'espère que votre verre n'est pas une boîte de Petri...

     

    Car je maintiens...Beurk !

     

    11
    Léon
    Lundi 30 Décembre 2013 à 10:12

    Cher Ouly,


    J'avoue de mon côté que la sévérité de vos commentaires me peine aussi : j'espère que nos chers distillateurs ne s'en trouveront pas affectés.


    Pour ma part j'ai eu la chance de participer durant 23 ans à la "campagne annuelle" de distillation dans l'exploitation familiale : rien ne me choque dans les images publiées par Philippe.


    Certes, pour les besoins "esthétiques" il eût été possible de revêtir une blouse blanche immaculée, des bottes blanches et de mettre une charlotte sur les cheveux ... mais cela n'eût pas signifié que l'opérateur se soit désinfecté les mains après avoir fait pipi...


    Notre potager actuel c'est la grande distribution : tout y est exceptionnel, de la propreté au conditionnement des fruits et des aliments, les fruits sont très beaux, tous du même calibre, indemne du moindre défaut d'aspect. Hélas c'est oublier les pesticides de toutes sortes dont les résidus sont à fleur de peau, les engrais divers utilisés pour activer leur pousse et cette beauté apparente nous fait oublier l'absence de saveur et de fondant des nos fruits "anciens", à l'aspect diforme mais naturel, bien plus croquants et surtout dont la chair odorante et savoureuse fond dans la bouche...


    Il est normal que nos distillateurs soient ainsi vétus car une cuvée dure entre 2h30 et 4h30 selon la nature des produits à distiller : l'essentiel du temps consiste au vidage et à l'évacuation de la cuvée précédente , au nettoyage méticuleux de la cuve,de la tuyauterie et des accessoires, et à la bonne mise en chauffe. Le temps divin d'écoulement de l'alcool varie généralement entre 45mn et 1h30 et son cheminement est hygiéniquement très bien confiné...


    Pour votre complète information, cher Ouly, la qualité d'une bonne eau de vie ne résulte pas de la quantité produite mais de divers facteurs dont les principaux sont, outre la qualité des fruits et de leur degré de maturation, le niveau de refroidissant de la vapeur d'alcool, la teneur maximale et minimale en alcool du prélèvement servant à l'élaboration de l'eau de vie.


    Philippe évoque 75° : En réalité les alcomètres sont à double graduation (française et allemande m'a t'on toujours prétendu) et si le premier alcool coule effectivement à 75 à 80°(soit 30 à 35°),  la quantité est minime (50cl environ) et le taux d'alcool décroit peu à peu tout en augmentant sa durée d'écoulement. Une bonne eau de vie affiche un degré "moyen" de 55° (équivalent de 21,7°) ce qui limite par conséquent la quantité consommable...


    Entre le savoir théorique (Faire savoir) et la connaissance pratique  (Savoir faire) l'écart est faible mais déterminant entre un "bon bricoleur" et un "artisan compétent".


    J'ai pensé affectivement à vous, Cher Ouly, ce soir de Noel en dégustant avec modération de la Mirabelle d'Alsace de 1988 (cachetée à la cire jusque-là) : elle nous a rappelé les heures de convivialité passées autour de l'alambic et ravivé dans nos mémoires les participants hélas rappelés dans la Maison du Père depuis. Bref un bon moment de convivialité exceptionnellement chargé d'émotion...


    En conclusion, Cher Ouly, rassurez-vous car vos craintes ne sont pas justifiées et, au elà des apparences, rien ne permet de mettre en doute le sérieux de nos bouilleurs de crus.

    12
    Lundi 30 Décembre 2013 à 11:18

    Merci, cher Léon, pour ce magnifique témoignage. Je confirme la double graduation, je parle en degré français, mais vous avez raison, la référence est le degré allemand ! On arrive en effet à une moyenne de 50°, ce qui est bien plus que les 40° habituels du commerce (business is business). Pour les 75°, je parle des premiers 10 litres de la deuxième distillation. C'est un ordre de grandeur.

    Des gens arrivent qui ne pensent qu'au business, piquent le savoir-faire, donnent une apparence de propre et sain (cf. la viande de cheval) par quelques petits trucs marketing (de la tromperie en fait), voilà ce qui remplace le travail local qui convient pourtant à tous, dont on justifie la destruction par des normes d'hygiène et de sécurité.

    C'est comme ça qu'on a vidé les campagnes des beaux meubles ancestraux et qu'on les a équipées de Formica. Les mecs qui ont vanté le progrès s'en sont mis plein les poches, c'est leur seul objectif.

    Cette mentalité nous conduit à la consommation de masse qui nous rend dépendants et ne profite qu'à quelques riches privilégiés qui tirent les ficelles du business. Le petit commerce, l'artisanat, les professions indépendantes, voilà ce que haïssent les businessmen et la nomenklatura qui aiment bien tout contrôler, y compris les esprits, pour faire davantage de fric sur le dos des gens.

    13
    Ouly
    Lundi 30 Décembre 2013 à 15:09

    Eh oui, Pasteur était un con si je vous comprends bien.

    Il me sied qu'il soit fait allusion au problème de la viande de cheval car c'est votre contre-exemple.

    En effet, si le phénomène est apparu dans la grande distribution, à ma connaissance il est né chez les bricoleurs.

     

     

    14
    Léon
    Lundi 30 Décembre 2013 à 15:24

    L'augmentation démeusurée (pour ne pas dire exponentielle) des cas de cancers n'est-elle pas un signe alarmant de l'état sanitaire de notre vécu contemporain... prétendu très aseptisé par rapport à l'époque "insalubre" de nos grands-parents et parents ?


    Cela doit poser question...


    Mes parents et grans-parents ont tous dépassé les 85 ans... de même que leurs frères et soeurs avec un record à 99 ans...


    Les emballages de viandes sur barquettes polystirène et plastic, l'usage abusif de conservateurs..., les médicaments en surdose..., les produits ménagers "hyper nettoyants" etc...


    sont apparemment de réels progrès de notre monde moderne, n'est-ce pas...


    Pasteur était un génie, notre monde consumériste est hélas composé d'empoisonneurs intéressés...


    Quant au sujet objet de photos, vous semblez confondre le décor d'arrière-fond... avec la distillation elle-même... qui est faite à très heute température....


    Bonne et heureuse année 2014 ... avec ou sans "schnaps" artisanal !


     


     

    15
    Ouly
    Lundi 30 Décembre 2013 à 15:57

    Ben voyons...

    Philippe, tout empli de ses légendes, va nous parler de Mathusalem...

    Personnellement, mes parents et grands-parents respectaient les principes de l'hygiène, rien d'insalubre dans leur mode de vie, question de civilisation (Semmelweis est mort en 1865, Pasteur en 1895).

    Sans doute un hasard si l'espérance de vie ne fait que croitre, là où précisément on applique ces principes.

    Jadis on mourrait avant d'avoir été victime d'un cancer, et surtout le terme lui-même était inusité, on était victime d'une tumeur.

    Il faut aussi tenir compte de l'usure de l'organisme, plus on bosse dur moins on va loin, il n'est qu'à voir le nombre de vieillards au sein du clergé, ces gens-là ne s'usent pas au taf.

    Schnaps artisanal ne veut pas dire gnôle bricolée dans de mauvaises conditions, il y a des artisans en blouse blanche et charlotte (et gants pour tripoter les produits).



    16
    Léon
    Lundi 30 Décembre 2013 à 16:02

    le terme "tu meurs" est effectivement approprié : de plus il se conjugue à toutes les personnes, quel que soit le sexe (ou le genre pour faire "mode") !

    17
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 11:52

    Enfants morts à Chambéry : fabriqués dans un laboratoire en blouse blanche, ces aliments ont tué 3 enfants à cause d'une bactérie mortelle. 

    Ouly va certainement nous expliquer les bienfaits de l'hygiène.

    18
    Ouly
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 17:05

    Non, non !

     

    Les bienfaits de l'hygiène n'ont pas à être expliqués...

    Je vois que j'avais raison, pour vous Pasteur est un con, alors vivez dans la merde et roulez vous dedans, c'est pas mon problème.

     

    Dans le  cas présent, c'est justement une défaillance dans l'hygiène qui doit être à l'origine des accidents. Il doit y avoir quelqu'un dans le labo aux blouses blanches qui s'est dit que le responsable exagérait dans ses directives et qu'un petit microbe ne pouvait pas faire de mal, après tout les humains ne sont-ils pas censés être immunisés contre beaucoup de choses ?

    Sauf quand ce sont des loupés, des sortis trop tôt du moule dont l'organisme n'a pas tout acquis de la mère.

     

    19
    Eole
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 17:29

    ais c'est ben vrai : les fautifs... c'est les nourrissons, bordel de m...

    20
    Ouly
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 17:54

    Eole n'ayant apparemment rien compris, je précise à son intention particulière :


    Les nourrissons sont des victimes, certainement pas des coupables...Leur condition de prématurés demandait précisément que soient respectées un maximum de précautions sanitaires, précautions dont quelqu'un pourtant semble s'être exonéré.


     


    21
    Eole
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 18:01

    "Sauf quand ce sont des loupés, des sortis trop tôt du moule dont l'organisme n'a pas tout acquis de la mère..."

    Eole est père d'un prématuré de 7 mois : l'expression usitée par Ouly me parait très déplacée !

    22
    Ouly
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 18:41

    Parcequ'un prématuré de sept mois, c'est pas un loupé ?


    La norme est de trente-neuf semaines soit un peu plus de neuf mois il me semble.

    Ce qui ne m'empêche en rien d'être empli de compassion pour ces victimes (le plus souvent de leurs parents ne vous en déplaise).

    Je ne vous oblige pas à lire mes âneries, très cher !

     

    Pour ma part, je fais fi des conditions individuelles et particulières (particulièrement lorsque je les ignore !).

     

     

     

     

    « l'expression usitée par Ouly me parait très déplacée »

     

    Ça ressemble furieusement à du caftage ça ! (emploi de la troisième personne en lieu et place de l'interpellation directe)

    Caftage dans quel dessein ?

    La censure !

     

    Belle mentalité !

     

     

    23
    Eole
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 18:46

    "La norme est de trente-neuf semaines ..."

    Et pourquoi pas rajouter... une chevelure blonde et des yeux bleus...

     

    24
    Ouly
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 18:47

    Parcequ'un prématuré de sept mois, c'est pas un loupé ?



    La norme est de trente-neuf semaines soit un peu plus de neuf mois il me semble.


    Ce qui ne m'empêche en rien d'être empli de compassion pour ces victimes (le plus souvent de leurs parents ne vous en déplaise).


    Je ne vous oblige pas à lire mes âneries, très cher !


     


    Pour ma part, je fais fi des conditions individuelles et particulières (surtout lorsque je les ignore !).


     


     


     


     


    « l'expression usitée par Ouly me parait très déplacée »


     


    Ça ressemble furieusement à du caftage ça ! (emploi de la troisième personne en lieu et place de l'interpellation directe)


    Caftage dans quel dessein ?


    La censure !


     


    Belle mentalité !


     



     

    25
    Ouly
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 18:59

    « Et pourquoi pas rajouter... une chevelure blonde et des yeux bleus... »

    Parceque ce n'est pas une norme...tout simplement.

    Reflexion stupide à souhait !


    26
    Eole
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 19:35

    "Parcequ'un prématuré de sept mois, c'est pas un loupé ?"

    Et non, cher ami, ce n'est pas un loupé : la culture est une chose, l'intelligence en est une autre...

    A sept mois l'embrion est entièrement développé, il lui reste encore à "mûrir" en poids et en vigueur.

    Aujourd'hui il est agé de 34 ans et... polytechnicien ...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    27
    Ouly
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 20:00

    Si, c'est un loupé !

    Vous vous gardez bien de développer sur ce que j'écris plus haut, dans l'immense majorité des cas c'est du au comportement des parents (tabac, alcool, drogue, infection -tiens on y revient-,rubéole, toxoplasmose, diabète, depression, grossesses multiples ou rapprochées etc...). Fort heureusement, la medecine dont vous contestez présentement les normes issues de l'expérience est aujourd'hui en mesure de pallier les inconvénients pour les prématurés de vingt-cinq semaines, soit moins de sept mois.

    Sans assistance médicale, c'est râpé !

    Or, l'assistance médicale n'est pas la norme chez les mammifères ni pour les autres espèces d'ailleurs.

    Un prématuré de sept mois est exposé à tout un tas de complications possibles mais comme je l'indique plus haut, c'est son système immunitaire qui n'a pas eu le temps de se former puisque cette formation se fait par acquisition.

     

    Pour le polytechnicien, on a déjà donné, merci, c'était l'ère Blabla de funeste mémoire.

     

     

     

     

    28
    Eole
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 20:19

    Malgré votre grande culture, votre "raison" vous déshonore et à mes yeux vous êtes un bien pauvre type !

    29
    Ouly
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 21:13

    Ben voyons !

     

    Si je vous suis bien, vous avez engendré d'une façon différente de la majorité des humains. La medecine a bien rattrapé le coup, tant mieux.

    Faudrait quand même m'expliquer en quoi je suis responsable de ce fait au point de freiner,  par quelque hypothétique sentiment de culpabilité d'avoir pour ma part engendré tout à fait normalement, mon expression.

     

    Je constate qu'il vous parait plus simple et plus facile d'appeller à la censure dans un premier temps et de verser dans l'injure ensuite. De bien piètres moyens d'expression !

    Pourquoi fréquenter un blogue si vos facultés de dialogues se limitent à ça, allez donc dans le premier bistrot venu tenir une magnifique discussion de comptoir et casser la gueule d'un quidam, ou vous faire casser la vôtre, c'est selon et c'est sans doute cette éventualité qui vous décourage de le faire.

    A  lire certains de vos autres messages, je suppose que des médecins français s'occupant de prématurés roms, ça doit constituer une sorte de cauchemar à vos yeux, vous qui n'êtes pas un pauvre type, même si c'est admirablement bien imité.

     

     

     

     

    30
    messine
    Vendredi 10 Janvier 2014 à 21:27

    ben merci, Ouly, je croyais être la seule à m'indigner du fait qu'Eole hiérarchise les miséreux.


     


    Juste une petite remarque quand même: les grossesses multiples dûes au comportement des parents, c'est quand même un peu osé . Tout le monde ne recourt pas à la PMA pour engendrer des jumeaux ou triplés .

    31
    Ouly
    Samedi 11 Janvier 2014 à 01:10

    Voui messine, tout à fait d'accord mais c'est bien pourquoi je dis “dans l'immense majorité des cas” et non dans l'absolu.

    Mais je pensais surtout à tabac, drogue, alcool, vie dite de bâton de chaise qui sont aujourd'hui les facteurs principaux.

     

    J'ai vu votre échange avec Éole (c'est déjà une bien curieuse démarche que de prendre le nom d'un dieu comme pseudo, un peu mégalo non ?), vous l'avez asticoté et c'est avec moi qu'il s'est défoulé...Il a pris une mouche qui n'était pas à prendre, tant pis.

     

    @mitiés.

     

    32
    messine
    Samedi 11 Janvier 2014 à 18:54

    Je vous envoie mes amitiés aussi!

    33
    Samedi 11 Janvier 2014 à 19:03
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :