• Metz Mag de décembre 2014

    Metz Mag et Metz Métropole le mag' de novembre 2014

    Metz Mag de janvier 2015

    Taxes foncières 2016

    Taxe d'habitation 2016

    Mete Mag de décembre 2014

    --> Télécharger Metz Mag de décembre 2014 <--

    44 pages de Metz Mag tirées à 74 000 exemplaires équivalent 135 arbres coupés par mois.

    Et pourtant, rien de bien intéressant, si ce n'est l'éditorial (page 3) et l'expression libre (page 30).

    Dans son éditorial, Dominique Gros, Maire de Metz, fait l'apologie du futur centre des congrès, "enjeu de développement économique majeur pour Metz, créant des emplois (combien ?), générant des retombées financières (combien ?)."

    Autrement dit, demain, on rase gratis.

    Or, les retombées financières seront les mêmes que pour le bus diesel Mettis : dette, impôts certains, contre d'hypothétiques rentrées financières.

    Metz Métropole est en faillite, mais Jean-Luc Bohl et Dominique Gros continuent à creuser, avec notre argent, en hypothéquant notre avenir.

    Pas de quoi être fier, contrairement à ce qu'il croit.

     

    "La facilité d'imposer et de dépenser arbitrairement donnait sans cesse naissance à de nouveaux désirs qu'il fallait satisfaire. De là ces inventions fiscales si étrangement multipliées ; de là des impôts de toutes espèces, établis sous toutes les formes : de là ces anticipations, ces emprunts, ressources funestes de la prodigalité la plus mal entendue ; de là ces codes fiscaux antinaturels et barbares, ces atteintes multipliées portées à la liberté des personnes et des biens, ces créations d'offices sans utilité comme sans objet outre que de procurer un accroissement à la somme à dépenser ; de là ces établissements de charges qui confèrent la noblesse, abus honteux, avilissant également l'ordre duquel sort le pourvu de charge, et celui dans lequel il entre ; de là les entraves multipliées mises à l'agriculture, au commerce et aux arts ; de là, enfin, la ruine de nos sujets hors d'état de supporter de telles charges. De cette malheureuse facilité de dépenser sans frein et sans mesure, sont nées ces pensions énormes accordées à des gens qui n'ont pour les obtenir d'autres titres que leur hardiesse et leur importunité ; ces places créées uniquement pour faire obtenir des grâces pécuniaires à ceux qui en sont revêtus ; ces profusions extravagantes dans tous les genres qui, en développant et en encourageant le luxe, entraînent la ruine des moeurs et de l'honnêteté publique."

    Cahier du Tiers Etat du bailliage lorrain de Briey, 1789

    « Saint Nicolas à Metz hierPrix de la communication 2014 »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :