• Metz la riche

  • Commentaires

    1
    Ouly
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 01:52

    Les Médiomatriques étaient des Gaulois, certains ont combattu à Alésia.

    Lorsque Clovis s'empara des anciens territoires de l'empire romain défait (476) pour les unifier au sein du royaume franc (496), Metz en était.

    A la mort de Clovis ses trois fils se partagèrent le royaume franc, Metz (après Reims) devint capitale d'Austrasie sous Thierry Ier.
    Un Maire du palais d'Austrasie, Pépin II de Herstal eut pour fils un certain Charles Martel qui s'est illustré notamment du côté de Poitiers.
    Pépin dit le bref fils de C.Martel déposa le roi en place Childéric III pour s'y substituer (c'est quasiment toujours le plus bandit qui gagne) et eut deux fils dont un s'illustra sous le nom de Charlemagne, la dynastie carolingienne succédait à la mérovingienne.
    Charlemagne empereur et sa cour fréquentaient régulièrement la bonne ville de Metz tout comme Thionville.
    Les deux sœurs de Charlemagne et sa première épouse furent inhumées à Metz, tout comme le successeur de Charlemagne, Louis le preux.
    C'est le trop fameux Traité de Verdun qui mit fin à cette situation.

    Durant la guerre de cent ans, il se trouva des Messins dans les rangs français, d'ailleurs en aout 1346 Robert de Heu et Jacques de Moielan, deux chevaliers messins trouvèrent la mort à Crécy.

    Dans la Metz des evêques et des paraiges, on parlait français ou roman (le patois lorrain issu du latin, et non le francique comme certains amateurs de platt tentent de le faire accroire).

    C'est comme bien (trop) souvent un problème de religion entre catholiques et réformés luthériens qui amena la confrontation entre Henri II et Charles Quint.
    Les messins ouvrirent la cité à Henri II roi de France le 18 avril 1552, il en renforça la défense confiée au Duc de Guise et en janvier 1553 Charles-Quint dépité leva le siège.

    Suite à sa défaite à Sedan en 1870, Napoléon III perdit la Moselle et l'Alsace,  et tant de sang fut versé au XXème siècle consécutivement à cette erreur.

    Tout ça amis messins pour que vous ne vous sentiez pas citoyens de seconde catégorie, Metz et la France c'est une longue histoire, pas une affaire de quatre siècles !

     

    2
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 08:30

    Très beau commentaire, merci Ouly !

    Il y a aussi le nouvel atlas historique de Metz.

     

    3
    Ouly
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 20:22

    Merci Philippe, juste un p'tit coup d'humeur.  

     

    Ce nouvel atlas, l'avez vous parcouru et si oui est-il en accord avec moi ou cultive t-il également cette théorie des quatre siècles ?

     

    Théorie qui n'est pas fallacieuse, simplement un peu réductrice.

    Elle se limite à l'aspect juridique omettant le côté sentimental et romantique.

    Metz a toujours eu le cœur français, à preuve, la prononciation de son nom.

     

    4
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 20:32

    Je suis en train de lire cet atlas, il me faudra un peu de temps, j'en suis au tout début. C'est intéressant de voir le cours de la Seille à l'époque des Médiomatriques (3e siècle).

    5
    Ouly
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 20:58

    Je ne sais s'il existe toujours mais j'ai bien connu place Saint-Thiebault un café “du port” car jadis il y avait là un petit port sur la Seille.

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    6
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 21:44

    Oui, ce café existe toujours : café du Port

    Vous étiez intervenu sur le blogue en 2009, ce devait être votre première intervention, elle était déjà bien dans votre style  : terrasse de café place Saint Thiébault

    En effet, la Seille n'était pas très loin (place Mazelle) avant 1905.

    7
    Ouly
    Lundi 13 Janvier 2014 à 01:09

    Eh bien, Philippe a effectué un stage à la NSA...ou au FSB...

    Presque l'impression d'être fiché là.

     

    Plus sérieusement, Philippe a simplement une excellente mémoire et c'est très bien.

    Effectivement, à l'époque un riverain regrettait la terrasse à la disposition et l'usage de tous car ça l'empechait de garer son tas de ferraille et de plastique à lui tout seul et il était trop radin pour louer une place de parking. Un gazier qui estimait que la collectivité devait prendre en charge le stationnement de son véhicule en somme, or ça, ça m'interpelle.

     

    Boulot oblige, j'ai trainé mes guètres dans le quartier Pasteur-Lafayette de 1969 à 1986, j'ai donc eu l'occasion de connaitre pas mal des rades du coin.

     

    Il me faudra remettre la main sur de vieux bouquins et ce n'est pas aisé car je suis un peu (et même davantage) bordélique, mais je pense que le port en question est bien plus ancien que 1905, ce serait plutôt d'époque médiévale.

     

     

    8
    Michèle
    Lundi 13 Janvier 2014 à 14:33

    Le bord de Seille était aussi appelé Port Saillis, où avait existé semble t-il, un quai où accostaient des bateaux transportant des marchandises. La Seille aurait été navigable au début du XIVème siècle, puisqu'un terrain aurait été vendu en 1316 pour faciliter la navigation des bateaux.


    Extrait d'un article à mettre bientôt en ligne sur mon site "promenade.temporelle".

    9
    Lundi 13 Janvier 2014 à 21:49

    Merci Michèle et Ouly, très intéressant. J'ai mis le site de Michèle en référence dans mes liens (en haut à gauche).

    10
    messine
    Mardi 14 Janvier 2014 à 19:58

    uly, avez-vous connu un magasin de jouets rue Lafayette (je suppose qu'il existait sur la période que vous citez)?


    Et si oui, savez-vous quand il a fermé?


    J'ai un jeu de cartes de cette enseigne: "Au paradis des enfants"...

    11
    Ouly
    Mercredi 15 Janvier 2014 à 04:38

    Oui messine, tout à fait, c'était Monsieur Guy Colin (un ou deux “l” je ne sais plus).
    Je l'ai connu avant de travailler rue Pasteur, le hasard a voulu que nous soyons guidés par une même passion, le sport automobile et que nous fassions tous deux partie de l'Écurie Moselle*. Je fus bien sûr client de sa boutique, c'est lui qui m'a donné goût au p'tit train...

    Lorsque j'ai quitté Metz en décembre 1986 il me semble qu'il était toujours en activité.

    Si vous avez des relations dans le milieu des échecs (le jeu, pas comme Hollande) son fils était doué en ce domaine.

     

    * à l'époque présidée par M.Hocquard pharmacien au Sablon (descendant de Gabriel), puis par M.Talamona de Thionville.

     

    12
    messine
    Mercredi 15 Janvier 2014 à 20:46

    Merci pour les infos Ouly!

    13
    Ouly
    Vendredi 18 Avril 2014 à 13:31

    Je remonte ce fil histoire de, car aujourd'hui 18 avril c'est l'anniversaire de l'entrée du roi en la bonne ville de Metz.

    J'ai trouvé cette reproduction d'un tableau de Migette (école de Metz, 1802-1884), j'espère que les amateurs apprécieront.

     

     

    14
    Vendredi 18 Avril 2014 à 14:08

    Merci Ouly, beau tableau. C'est la porte Serpenoise. Je ne sais pas où le tableau se trouve. Migette est bien connu ici. Certaines de ses oeuvres sont aux musées de la Cour d'Or (Je n'ai pas encore vu celle-là).

    Auguste Migette

    République de Metz

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :