• Les promesses n'engagent que ceux qui y croient

    Metz Mag de janvier 2014

     

    Ci-dessous, je publie bien volontiers cet article de Léon, Contribuable messin :

    Comme il se plaît à le rappeler sans relâche, M. le maire PS de Metz, M. Gros Dominique, se dit très attaché à la vie des quartiers messins qui sont à ses yeux une « richesse pour la ville ».

    A l’invitation d’un membre du comité de quartier de Magny M. Gros s’est donc rendu fin mai 2010 dans le quartier pour honorer de sa présence une fête des voisins organisée par des résidants.

    A l’écoute des préoccupations des participants qui lui faisaient part de leur vive déception devant la dépossession brutale de la placette depuis octobre 2008 de ses deux manèges à ressort qui faisaient la joie des bambins, de la non remise en place de la totalité des bancs publics qui permettaient aux mamans de les surveiller en toute quiétude, et surtout de l’absence d’entretien de la surface ludique à présent envahie par les mauvaises herbes, les mousses et la caillouterie apparente propice à blesser les enfants dans leurs jeux.

    Une larme d’émotion dans le regard et la main sur le cœur, le 1er magistrat de la cité messine a juré qu’il en était fichtre pour rien, qu’il découvrait avec affliction la situation et que, lui-même en sa qualité de grand-père, ne pouvait qu’être admiratif devant la patience et l’honorabilité de ces citoyens qui jusque-là n’avaient pas oser émettre à son addresse la moindre réclamation face à cet inadmissible constat : il promit d’emblée que tout serait résolu avant l’été... sans toutefois en préciser l’année...

    Et, joignant le geste à la parole, notre brave Maire PS de Metz sortit son portable de la poche et, à haute voix pour que tout le monde puisse l’entendre, tapota de ses gros doigts un message d’instructions à ses services (démocratie participative, espaces verts, propreté, et cabinet du maire, eh oui rien que cela...) pour le réaménagement urgent de la placette, la remise en place des mobiliers ludiques pour les enfants, un complément en bancs et même, cerise sur le gâteau, le baptême de la placette « sans nom » qui lui était difficilement identifiable autrement que par les rues qui l’entourent.

    Et naturellement M. le Maire confirma ses engagements par écrit dans une chaleureuse lettre lui permettant d’exprimer sa gratitude pour la qualité de l’accueil qui lui fût réservé et la pertinence de ses échanges constructifs avec la population, leur précisant que la conseillère du quartier, Mle De Oliveira, avait été missionnée pour mener à bien ce dossier auquel il attachait une grande importance.

    Fin juillet 2013, soit plus de 3 ans plus tard, constatant qu’aucune suite n’avait été donnée mais qu’en plus la situation s’était lourdement dégradée avec l’apparition d’un nombre croissant de déjections canines dues à une fréquentation nouvelle d’un propriétaire canin qui s’était accaparé la placette comme « aire de jeux et de dressage de ses chiens », un rappel a été poliment adressé à M. le Maire pour lui demander où en était la municipalité dans la réalisation de ses engagements de mai 2008.

    Si la réponse s’est un peu faite attendre jusqu’au 30 septembre 2013, ce qui est fort compréhensible dès lors qu’elle nécessite une enquête auprès des services concernés, son contenu avait de quoi surprendre ses destinataires car, contre toute attente et avec un aplomb déconcertant le Maire reniait tout simplement ses engagements solennels en affirmant que tout était en ordre et que rien ne serait fait pour améliorer une situation qui serait très satisfaisante aux yeux de la municipalité :

    Alors, qu’en est-il aujourd’hui ?

    Ces quelques images ci-dessus se suffisent à elles-mêmes pour vous en donner une juste idée de la réalité face à une municipalité sourde, aveugle et amnésique... ou pire, peut-être de mauvaise foi... Et bien entendu le lampadaire censé sécuriser le carrefour est toujours encore décapité ce 8 décembre 2013 :

    Les promesses n'engagent que ceux qui y croient

     

    Coût de la dépense économisée : 1 banc (190 euros) + 2 manèges à ressort (741 x 2 = 1482 euros) soit 1.672 euros

    Montant à rapporter au coût exhorbitant d’inauguration du Mettis !

    Les promesses n'engagent que ceux qui y croient

    « Défilé de saint NicolasCelle qui pisse le plus loin »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Julien B.
    Lundi 9 Décembre 2013 à 09:50

    Effectivement les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent, ici comme ailleurs et c'est bien regrettable car au final c'est l'envie de voter qui s'estompe et la démocratie qui en sort fragilisée.

    Chez nous à Metz, hélas, nous sommes habitués avec M. Gros aux paroles et aux promesses non tenues : rappelons-nous "Je n'augmenterai pas les impôts si je suis élu maire de Metz".

    La seule promesse qui ait été tenue est "Je ne serai pas un Maire de Metz au rabais" lors de la séance du conseil municipal chargée de voter le montant des indemnités de fonction des élus.

    Donc les élus sont prioritairement intéressés par leurs émoluments et non... par l'intéret commun de la Ville et des citoyens.

    Le cas de Magny n'est pas isolé, hélas : il suffit par exemple de regarder comment la mise en place des zones 30 a été réalisée un peu partout pour s'apercevoir que, si le coût est phénoménalement élevé, il ne règle pas la sécurité des piètons, des mamans avec poussettes et surtout n'améliore en rien le stationnement abusif des voitures sur les trottoirs.

    Quant aux espaces verts et à la propreté... s'il devait y avoir un rapport d'optimisation des effectifs municipaux avec la qualité des services rendus alors la ville de Metz en réduirait plus de la moitié des effectifs !

    A part l'augmentation vertigineuse des impôts et les difficultés accrues  de circullation dans Metz, tout s'est dégradé depuis l'arrivée de la présence municipalité qui se sert d'une publicité mensongère pour faire rêver les Messins d'une ville utopiste qui n'est en réalité pas la leur !

    2
    Lundi 9 Décembre 2013 à 20:46

    Merci Julien B. Savez-vous lors de quelle séance du Conseil Municipal ont été augmentées les indemnités des élus ?

    3
    Julien B.
    Mardi 10 Décembre 2013 à 18:21

    La 1ère réunion a eu pour effet d'élire le maire et ses adjoints

    La seconde a consisté entr'autres a voter les indemnités de fonctions dont celle du Maire dont le RepLo s'était habilement fait une "gorge chaude" en citant la phrase "révélatrive" de l'esprit du maire.

    Une chose est certaine : M. GROS DOMINIQUE, tout socialiste qu'il soit, ne crache pas sur ses indemnités...

    5
    Julien B.
    Mardi 10 Décembre 2013 à 22:07

    Philippe,

    Auriez-vous un accès dans les archives du Républicain Lorrain ?

    Le commentaire fait par le RepLO était croustillant concernant la passe d'armes du maire avec l'opposition.

    6
    Bruno LOLO.
    Mardi 10 Décembre 2013 à 23:10
    7
    Lecteur ASSIDU
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 09:50

    Il y a un autre lien sur cette intervention "culte" du nouveau Maire de Metz :

    http://www.mediametz.com/tag/garden-pary-municipale-a-metz/

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :