• La résurrection hollywoodienne du Christ

    AVERTISSEMENT

     

    La résurrection hollywoodienne du Christ

    Si le milieu catholique français semble s'être lancé dans la défense de ce film, c'est sans doute sans l'avoir vu, car son spectacle l'aurait au contraire encouragé à ne pas dénoncer sa faible diffusion dans les salles et à souhaiter plutôt que sa sortie reste secrète. Pourtant, la simple vision de la bande-annonce laissait présager d'un ratage d'autant plus criant qu'il succède à la très inspirée 'Passion du Christ" de Mel Gibson. On y annonce rien moins que "la plus incroyable des chasses à l'homme" (sic), ce qui, théologiquement prête à discussion quand cet homme est le Christ, c'est-à-dire "le Verbe fait chair".

    Le film suit le tribun Lucius à qui Ponce Pilate a attribué la mission de faire taire la rumeur selon laquelle le Christ, mort au moment où le film commence, serait ressuscité. Il s'ensuit une enquête sans rebondissement où l'on découvre parmi d'autres incongruités que Saint Barthélémy est une sorte d'illuminé efféminé et béat ; Marie-Madeleine une traînée connue de tout un régiment, et Saint Thomas un traître prêt à livrer le Christ pour de l'argent à l'instar de Judas. Loin de propager la foi, le film propage le rire. On se prend à se demander si une Bible fut ouverte pour rédiger ce scénario grotesque, qui use de tous les poncifs d'une réalisation hollywoodienne (scènes d'action, enquête policière, absence de dialogues., gros plans appuyés...)

    Jésus apparaît ensuite, "par hasard", entouré de ses apôtres sans âme, aux yeux de Lucius qui se met à douter. Dénué de toute Grâce, le Messie n'est capable d'aucune parole. Pas une parabole ! Pas une promesse ! Son seul sourire et un miracle suffiront d'en suggérer la Puissance. On apprendra alors qu'un légionnaire accompagnait les apôtres entre les deux apparitions du Sauveur, hésitant même à en faire le remplaçant de Judas ! Ces deniers sont campés par des acteurs sans talent, qui font passer les chargés de Dieu pour une bande de niais caricaturaux, capables seulement de marcher et de s'esclaffer. Quant à Marie, elle n'apparaît qu'une fois comme vulgaire silhouette d'une crucifixion se déroulant dans une sorte de vallée, bien loin de l'image qu'on se ferait du majestueux Golgotha.

    Pour qui arrivera à la fin de ce spectacle, qu'il faut bien dire ridicule, il pourra assister à l'Ascension du Christ, sommet du kitsch. On serait en droit d'attendre du cinéma actuel qu'il parvienne, par ses effets spéciaux, à mettre en scène la beauté visuelle d'un miracle ; hélas, "La Résurrection du Christ" pêche même dans ce domaine. La réalisation épouvantable souligne encore davantage l'hérésie de cette interprétation loupée de la plus belle des Promesses.

    Le film ne mérite donc pas la publicité que certains aimeraient lui réserver. Certes, on peut se réjouir qu'un film sur la vie de Jésus sorte en salle, mais il faudrait que celui-ci ne soit pas infamant.

    Charles

    « Duvel à notre santé !Manifestation de la CGT contre la loi PS sur le travail »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 17 Mai 2016 à 16:41

    Cher Charles, je ne pense pas qu'il y ait un problème théologique de "chasse à l'homme", car le Christ, bien que pleinement Dieu, était aussi pleinement Homme.

    2
    Mardi 17 Mai 2016 à 17:11

    Charly a une très belle plume !

    3
    Ouly
    Mardi 17 Mai 2016 à 20:30

    Le SB semble apprécier...

     

    4
    Charles
    Mardi 17 Mai 2016 à 20:33

    Le Salon Beige se contente de l'intention pour juger du film. À peine la bande-annonce avait-elle été publiée qu'il était déjà en train d'en faire un motif de lutte. 

    J'ai un grand respect pour ce site, mais pour le coup, il se déshonore en voulant absolument soutenir un film qui ne le mérite pas.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :