• Des étrangers refusés par le 115 à Metz

    A deux pas du Centre Pompidou : 1er bidonville de Metz

    Conditionnement socialiste

    Des étrangers refusés par le 115 à Metz

    Une cinquantaine de sans abris - en majorité Roumains - sont victimes d'un tri lorsqu'ils appellent le 115 et ne sont pas accueillis par les structures d'hébergement d'urgence à Metz malgré le froid, a dénoncé un collectif de défense mosellan. "Vous n'êtes pas prioritaires". Les places disponibles sont attribuées "aux personnes de nationalité française ou en demande d'asile", a répondu une travailleuse sociale du 115 à un groupe de Roumains, jeudi soir à Metz, selon une conversation enregistrée par un journaliste et diffusée par RTL.

    Le tri des appels par le numéro d'urgence des personnes en besoin d'hébergement est "récurrent", selon Denis Maciazek, porte-parole du collectif mosellan de lutte contre la misère. Cette dénonciation intervient alors que le plan grand froid de niveau 2 a été activé en Moselle.

    Près de trente Roumains et huit familles de demandeurs d'asiles originaires des Balkans vivent actuellement dans les rues de Metz, d'après le même bénévole. Deux familles de Roumains avec enfants pourraient finalement être prises en charge par le 115 vendredi, a-t-il indiqué.

    Le directeur général de l'association Le Relais, qui gère le 115 à Metz, n'a pas souhaité réagir. Il a cependant jugé "lamentable" l'enregistrement d'une travailleuse sociale à son insu.

    (Source : AFP)

     

    Contrairement à ce que dit la dépêche de l'AFP, le directeur général de l'association Le Relais, Michel Gocel, a réagi :

    "c’est complètement faux ! : sur les 1 250 personnes hébergées en urgence à l’hôtel dans le département, il n’y a qu’un seul Français ! Et sur les 330 places en foyer pour hommes seuls, on compte 300 demandeurs d’asile et une trentaine seulement de Français".

    Denis Maciazek (Front de Gauche) est le porte parole du collectif Mosellan de lutte contre la misère, composé de : Acat, AC! Metz et Nord de la Lorraine, ACORO, ATTAC 57, Culture et Loisirs, CGT, G10 solidaires, LCR (Ligue communiste révolutionnaire), LDH (Ligue des Droits de l'Homme), MJS, MRAP, PCF (Parti Communiste Français), Unef, Médecins du Monde, Resf57 (Réseau Education Sans Frontière).

    Selon lui (source : Reuters), ces Roms vivant dans un campement près d'une voie ferrée du quartier du Sablon seraient au nombre de 29 dont cinq enfants. "Ils ont signé une lettre nominative au préfet disant qu'ils ont appelé le 115 et qu'ils n'ont pas obtenu d'hébergement. Ce sont des personnes qui viennent de Roumanie". Environ 35 demandeurs d'asile - un statut auquel ne peuvent prétendre les Roumains -, seraient par ailleurs installés dans une ancienne caserne désaffectée de la ville, selon lui. "C'est toujours la même politique qui s'applique, de tri des personnes à la rue, les Français en premier, les étrangers en second, avec en priorité les familles avec enfants, les familles sans enfants et les personnes seules", a-t-il ajouté.

    « "Les pourcentages ne sont pas tout"Eureka »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :