• Bohl et Gros gaspillent et nous appauvrissent

    Où est le lien social ?

    Condamné à 14 reprises : 8 fois pour outrages à policiers, vols, cambriolages et menaces.

    Pour le "vivre ensemble" et le "lien social" chers à Hacène Lekadir.


    votre commentaire
  • 7ème plus forte hausse de la dette en France !

    Metz Mags d'octobre et de novembre

    Magazine Metz Métropole n° 55 de novembre 2012

    Campagne superficielle et inutile

    Grand Orient à Queuleu

    Méthodes musclées à Woippy

    Sinik

    Rêve et réalité

    Bourrage de boîte

    Conseil municipal de Metz - Un budget primitif 2013 irresponsable

    La saignée du Mettis de Royale à Woippy

    Metz bien gérée ?

    --> Télécharger 10 ans ensemble <--

    --> Télécharger Metz Magazine de décembre <--

    "10 ans ensemble" est un "hors série spécial 10 ans de Metz Métropole" sur papier glacé, tiré à 120.000 exemplaires, aussi creux qu'inutile et coûteux. Les pages ne sont même pas numérotées, c'est dire combien elles sont interchangeables. Jean-Luc Bohl, Directeur de la publication, Président de Metz Métropole, Maire de Montigny-lès-Metz, UDI (parti de Borloo), pose sous un lustre en cristal, soutenu à droite et à gauche (ça ne s'invente pas) par 2 sièges confortables, avec, en fond, une statue d'art et les drapeaux français et européen. Pour qui se prend-il ?

    Bohl et Gros gaspillent et nous appauvrissent

    Les deux soutiens pour tenir debout : Grosdidier à droite, Gros à gauche

     

    Metz Mag de décembre, tiré à 74.000 exemplaires, est dans la ligne des précédents numéros, c'est une revue luxueuse de 44 pages dont plus de 90 % sont creuses, et le reste relève de la manipulation :

    l'édito du maire, Dominique Gros, PS, et la page 27 veulent nous faire croire que la ville est bien gérée et que les impôts n'augmentent pas. C'est tout le contraire. 

    Contrairement à ce qu'affirme le maire dans chaque numéro de sa coûteuse et inutile revue, les impôts augmentent, j'engage le lecteur à suivre les liens au début de cette page.

    La présentation est trompeuse, car le maire, au lieu de se référer au début de son mandat, se compare aux autres villes, toutes plus endettées les unes que les autres. Lui n'a fait qu'augmenter les dépenses ; c'est parce qu'il a bénéficié d'une situation extrêmement saine en arrivant à la mairie (grâce à la gestion rigoureuse de son prédécesseur, Jean-Marie Rausch) qu'il peut encore parader avec de bons chiffres, cependant en train de se dégrader dangereusement. Seule la comparaison par rapport à son arrivée est pertinente, il s'était engagé, pour être élu, à ne pas augmenter les impôts de Metz et de l'agglomération, il a trompé les électeurs.

    Dominique Gros reconnaît qu'il nous prépare un avenir sombre, en se vantant de "plus de redistribution, les dotations aux associations culturelles, sociales et sportives sont à un niveau élevé 251 euros par habitant à Metz" (est-ce qu'un enfant est un habitant ?) "contre 160 euros pour la moyenne nationale", ce qui représente 57 % de plus à Metz que la moyenne nationale (et chacun sait que nous vivons au dessus de nos moyens, jusqu'au jour où tout va s'effondrer, mais nos "élites" sauront égoïstement rebondir, comme elles le font en permanence) !

    De même, Dominique Gros se vante de "plus d'investissement porteur d'avenir" (mais surtout de dépense !), "296 euros par habitant contre 267 euros pour la moyenne nationale, ce qui représente 11 % de plus à Metz que la moyenne nationale ! C'est grave.

     

    Hacène Lekadir, adjoint au maire, PS, en remet une couche page 33 :

    Le budget d’investissement : + 17 % entre 2007 et 2012, nous permet des actions nombreuses (351 euros par habitant à Metz contre 284 euros pour la moyenne nationale) au service des Messins : amélioration des cantines scolaires, du périscolaire, accompagnement de la jeunesse et des étudiants, un soutien au monde associatif important (+ 32 % depuis 2008) parce que vital pour le lien social et le vivre ensemble. Enfin, nous menons une politique dynamique pour l’attractivité économique et urbanistique de la ville par le développement des ZAC.

    NB. J'ai corrigé les fautes d'orthographe.

    Première remarque : les chiffres sont différents de ceux de Dominique Gros, ce qui est assez surprenant dans un même document !

    Certaines affirmations ne sont pas démontrées : en quoi les cantines scolaires et "le périscolaire" ont-ils été améliorés ?

    Le reste est du blabla socialo-bobo :

    que signifie qu'il faut "accompagner la jeunesse" ? Lui donner les moyens de devenir libre, autonome et responsable ?

    "Le monde associatif" ne veut rien dire, c'est du jargon. La famille fait-elle partie du monde associatif ? Englober la famille dans ce jargon est une réduction de ce qui est fondamental pour construire des adultes responsables.

    "Le lien social" est aussi du jargon. Les actions contre les "incivilités" du transport en commun sont-elles incluses dans le lien social ? L'apprentissage de la morale, de la politesse sont-elles des priorités incluses dans le développement du "lien social".

    "Le vivre ensemble" : voir les "10 ans ensemble" de Metz Métropole. Quoi ensemble ? Metz-plage et Nuit Blanche ?

    Et la dernière phrase citée est symptomatique de manque d'imagination et de vision.

     

    La seule vraie réflexion à lire dans Metz Mag est celle de Marie-Jo Zimmermann page 32 :

    METTIS: 150 ANS DE BILAN CARBONE NEGATIF

    Fallait-il faire tout cela et couler autant de tonnes de béton pour faire circuler simplement des bus au gasoil (54 litres aux 100 km) sur des voies dédiées, telle est la question que vous vous posez sans doute.

    Au- delà du (sur)coût, au-delà des problèmes de circulation dans la ville, c’est le patrimoine de notre cité bimillénaire qui est meurtri.

    La ville souffre tout comme ses habitants car c’est le METTIS qui devrait s’adapter à la ville et non l’inverse.

    En pleine crise économique, rendre inaccessibles les commerces sur une telle durée, voire définitivement pour certains, est-ce bien responsable ?

    Est-ce bien raisonnable de faire le choix d’un bus trois caisses de 24 mètres de long (!) et de le faire passer dans le cœur de la ville aux rues étroites ?

    Est-ce réellement un choix visionnaire que d’acquérir des bus hybrides qui roulent au gasoil, alors que ce dernier est désormais classé cancérogène par l’Organisation Mondiale de la Santé ?

    Les travaux du Mettis ont généré plus de 55.000 tonnes de CO2 alors même que ce système de transport ne va engendrer qu’une économie de 374 tonnes de CO2 par an. Il faudra donc 150 ans à minima pour que les émissions évitées par le report modal du Mettis ne deviennent «carbone positives» c’est à dire supérieures aux émissions générées par la conception du Mettis.

    La vérité c’est que nous avons bel et bien un bus au diesel qui ne participe en rien à la diminution de la consommation des énergies fossiles. Consciente d’ailleurs de son mauvais choix technique, la Municipalité suggère déjà, alors que Mettis n’est même pas en place, le remplacement dans 10 ans de toute la flotte de bus (35 millions d’euros) pour passer au tout électrique.

    Alors que Metz était pionnière de l’écologie urbaine elle n’est pas encore entrée dans l’ère du développement durable et encore moins dans l’ère des économies.

     

    Cette analyse pertinente ne plaît pas aux deux comparses Dominique Gros et Jean-Luc Bohl. Ce dernier a déclaré "Mettis, il y a encore des gens qui sont contre. Ils seront surpris au moment de l'inauguration... J'ai encore lu récemment des bêtises sur Mettis dans un magazine municipal".

    "Des bêtises" ? C'est minable* ! (*Jean-Marc Ayrault, premier ministre, PS.) Gros et Bohl voudraient que la population soumise leur soit reconnaissante, ce qui permet par exemple à ce dernier de parader dans un costume de Président, bien soutenu à droite et à gauche, dans sa revue en papier glacé.

    Il est vrai qu'il est amusant de voir Nathalie Colin Oesterlé (Nouveau Centre - UMP, désormais intégré à l'UDI, le parti de Bohl et Borloo), élue sur la liste de Marie-Jo Zimmermann, en opposition avec Bohl, pourtant du même parti. C'est tout à son honneur, cela montre qu'elle n'est pas otage d'un système de pensée qui opprime les habitants.

    Bohl (UDI) bien soutenu à droite et à gauche. On aura compris que ce sont Dominique Gros (PS) et François Grosdidier (UMP). Ce dernier a déclaré : "L'inauguration du Mettis sera un moment historique. Beaucoup plus fort que l'inauguration du Centre Pompidou - Metz pour la vie quotidienne de nos habitants. C'est un projet qui dépasse largement le clivage droite /gauche. J'ai entendu une personnalité politique messine (Marie-Jo Zimmermann, NDLR) dire que si elle avait été maire, il n'y aurait pas eu le Mettis. Eh bien heureusement qu'elle n'a pas été maire !"

    Eh oui, Grosdidier, comme Bohl, roulent pour Gros, en Mettis !

    Une telle unanimité ne peut s'expliquer que par un travail en Loge 

    Mais ça, on ne saura pas, c'est secret.

     

    Extraits de l'intervention de Nathalie Colin-Oesterlé (élue sur la liste de Marie-Jo Zimmermann) lors du Conseil Municipal du 20 décembre 2012 :

    Bohl et Gros gaspillent et nous appauvrissentBohl et Gros gaspillent et nous appauvrissentBohl et Gros gaspillent et nous appauvrissent


    5 commentaires
  • Metz inspire

    Luttons contre l'homofolie

    Education : l'agrément national de SOS homophobie annulé

    Le Tribunal administratif de Paris annule l’agrément « Education nationale » accordé à SOS homophobie

    Halte à ceux qui veulent "déconstruire" les enfants !

    Quand une ministre louait le mariage homo dans un collège

    Coup de gueule d'Olivier Marchal sur la pédophilie

    Plus de 624.800 britanniques ont signé une pétition contre le “mariage” gay

    Jouets : Super U, l’enseigne super politiquement correcte

    Interruption sacrilège de la Messe des Rameaux à la cathédrale

    Manifestation hier en faveur du "mariage pour tous"

    Manifestation hier en faveur du "mariage pour tous"

    Manifestation hier en faveur du "mariage pour tous"

    Bien chers agglomérés de la région messine... et autres,

    poussé par mon insatiable esprit "badaud", où pouvais-je bien me trouver en ce samedi après-midi 15 décembre, sinon au départ de la manif' messine en faveur du "mariage gay" ?

    En observateur candide et sans malice... en témoin attentif... ; sans plus.

    Dès l'abord, ce fut la surprise.

    Sur son char, avec une petite semaine de retard, Saint Nicolas était présent... !

    Que pouvait-il bien faire dans un tel contexte ?

    Etait-il invoqué comme protecteur, voire inspirateur du "mariage pour tous" ?

    Une présence d'autant plus insolite que, dans le même temps, des pancartes vouaient à la malédiction toute politique réputée "théocratique" (sic) dans notre département concordataire.

    Comprenne qui pourra...

    Sur d'autres pancartes ou calicots, des slogans d'un goût douteux, tels que : "Intégristes, caressez-vous" !

    Un groupe conduit par une demi-douzaine d'élus représentait notre cité de Metz : 1 conseillère régionale, 5 ou 6 conseillers municipaux, ceints de leur écharpe tricolore, dont les adjoints à la Culture, à la Jeunesse et à la Démocratie participative.

    S'ensuivait une cinquantaine de membres de l'association "Couleurs gaies" et de l'Inter LGBT, reconnaissables à leur emblème arc-en-ciel ("emprunté ", bien malgré lui, au peuple Inca et à ses actuels descendants !).

    En clôture, les supporters habituels du mouvement "gay" ("Jeunesses socialistes", anarchistes de la CNT, membres du NPA cher à M. Besancenot).

    Le tout représentant, au départ, un groupe de quelques 200 participants environ.

    Ainsi vont les jours...

    Samedi dernier (8 décembre) je battais le pavé nancéien en opposition au projet gouvernemental du "mariage pour tous".

    En ce tout dernier samedi, j'observais la marche des opposants aux opposants !

    Toujours hier, mais cette fois en toute fin d'après-midi, sous une fine pluie persistante, sous un vent modéré, mais constant, rassemblés pour la translation des reliques de Saint Vincent à Saint Clément, nous étions bien davantage !

    Bien à vous, engagés ou non dans tel ou tel combat...

    Dominique, de la minorité (invisible) des messins issus de la diaspora bretonne.

    Manifestation hier en faveur du "mariage pour tous"

    Chers amis,

    je vous invite à lire ce billet dans lequel vous pouvez remplacer 'place de la République' (de Paris) par 'place Mazelle'. Cela ne vous rappelle rien ?

    Les folles idées de Bertrand Delanoë

    DG ne fait que du Delanoë... en pire.

    Sébastien

    Manifestation hier en faveur du "mariage pour tous"

    --> Charte <--


    15 commentaires
  • Metz-Nancy à vélo

    Lac de Madine hier

    Nager en maillot dans l'eau froide

    Bienvenue sur le site de Madine

    Lac de Madine hier

    Lac de Madine hier

    Lac de Madine hier

    Lac de Madine hier

    Mémorial américain de la butte de Montsec

    Lac de Madine hier

    Lac de Madine hier

    Retable sculpté par Ligier Richier

    Lac de Madine hier

    Lac de Madine hier

    Photos du retable retraitées par Ouly que je remercie !

    Lac de Madine hier

    Sortie à Hattonchâtel


    2 commentaires
  • Décoration de Noël

    Journée ordinaire en Socialie

     

    Place Mondon, jusqu'à l'an dernier, les décorations de Noël représentaient des anges.

    Depuis cette année, place à la fête commerciale, finis les anges, fini Noël !


    votre commentaire
  • Saint Nicolas fêté à Metz ce dimanche

    Grande roue

    Rampart Saint-Thiébault en 1902

    Le Général Ribayrol, Gouverneur militaire de Metz, accueille le cortège :


    votre commentaire
  • Festivus

    Un mois de manipulation

    Manifestation hier en faveur du "mariage pour tous"

    Metz inspire

    Metz inspire

    --> lien

    Merci Ouly !

     

    Mariage pour tous : Christine Meyer n'est pas favorable au projet de loi

     

    Un maire de Moselle qui a des c., Jean-Marie Buchheit :

    « C’est dommage que de nos jours il n’y ait plus assez de grand philosophe qui se manifeste à travers ses écrits sur le sujet, ce qui pourrait constituer une base ô combien réfléchie sur cette question primordiale de notre société que nous nous posons tous à un moment donné : Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ?

    Je ne conteste pas les choix de vie sexuelle qui sont différents du mien. Il en faut pour tous les goûts et les goûts et les couleurs, gaies ou tristes, restent discutables. Avec la mise en place du Pacs, la société a reconnu le droit fondamental de liberté individuelle quant au choix d’un partenaire sans faire nécessairement référence à sa sexualité ni à son sexe, alors que le mariage prévoit l’union de deux personnes de sexe différent.

    Minorités sexuelles

    Basé sur ce qui reste un fondement de notre société républicaine et civile, la liberté, le dispositif du Pacs offre une réelle intégration aux minorités sexuelles dans une société qui, outre la reconnaissance du libre arbitre, ouvre aussi des droits et des devoirs aux intéressés. Le mariage qui reste un fondement de l’équilibre de notre société à travers la cellule familiale, trouve sa justification dans l’organisation de la reproduction de l’espèce humaine et de la filiation.

    Le temps a prouvé qu’il reste un socle fondamental même si les viscicitudes de la vie le mettent souvent à mal et qu’il a fallu inventer le divorce pour corriger certaines situations particulières et souvent douloureuses. Il n’en reste pas moins vrai que le mariage est un contrat de droit privé ouvrant des droits et des devoirs à deux personnes dont la complémentarité sexuelle est naturelle et évidente. C’est d’ailleurs la source, si j’ose dire, du foyer familial et de son développement harmonieux vers la famille. Et ça c’est une évolution incontestable.

    Amour base essentielle

    Je n’ai rien à redire quant au choix d’homosexualité pratiqué par certaines personnes. Je n’ai pas compétence pour dire s’il s’agit d’une déviance. En tout cas, on sort de la ligne naturellement admise depuis des siècles visant à admettre le bien-fondé de la complémentarité des sexes pour procréer.

    Il est vrai aussi que les progrès de la médecine ouvrent de nouvelles perspectives en matière de procréation médicalement assistée. Cette recherche avait été initiée pour donner aux couples infertiles la possibilité d’engendrer malgré tout. Cette aide vers une famille naturellement composée s’oppose donc à la gestation pour autrui, la location d’utérus, aux mères porteuses ce qui n’est qu’une nouvelle forme de prostitution : un détournement de la nature sans mise en valeur d’un sentiment d’amour qui reste la base essentielle pour assurer l’équilibre d’un couple et au-delà d’une famille.

    Nous avons le devoir moral de donner à un enfant l’entière capacité de vivre pleinement sa vie en ayant acquis les bases d’une expérience construite sur la cohabitation de deux personnes de sexe différent : ses parents. Et c’est là que l’on trouve la richesse de l’équilibre philosophique de notre vie.

    Equilibre moral

    Ainsi il apprendra à être responsable, à savoir faire des concessions, à donner de l’amour pour le seul plaisir de le partager. Il comprendra qu’il y a des différences dans l’Etre et le devenir, entre les autres et soi-même. Sans doute assurons-nous ainsi l’équilibre moral et intellectuel des personnes en leur faisant découvrir leur rôle et place dans l’évolution de notre société sur des bases prospectives à long terme.

    Nous mettons en œuvre le ciment qui unit les composantes d’une société sur des valeurs reconnues et partagées. Que nous propose-t-on aujourd’hui ? Unir par le mariage deux personnes de même sexe leur donnant par conséquence le droit à l’adoption et à la procréation. C’est faire fi des hommes et des femmes hétérosexuels qui composent en majorité notre société et ceci depuis des siècles. C’est dénaturer l’élan naturel qui pousse l’homme vers la femme et inversement pour créer une véritable harmonie dans la procréation et l’éducation des enfants.

    Les choses en face

    Et si la procréation médicalement assistée n’avait jamais existé le problème ne se serait jamais posé. Dans une société républicaine, c’est la majorité qui décide en prenant en compte les contributions éventuelles à la réflexion proposées par les minorités. La décision s’impose à travers la Loi. Et personne ne peut y déroger.

    Alors ayons le courage de regarder les choses en face. Dans une société qui perd ses repères, à la recherche d’un avenir, où la place de chacun reste entière, nous ne devons pas nous affranchir de ce qui naturellement fait partie de notre vie et le traiter à la légère.

    Il fut un temps où une situation de cette nature ne pouvait être affirmée sans risquer des conséquences fâcheuses. Aujourd’hui elle se pose : il faut donc y trouver les réponses et les accepter. C’est là que doit se trouver l’évolution. Il faut aussi dans ce contexte accepter que l’obligation de célébration d’une cérémonie de mariage de personnes homosexuelles ne s’impose pas aux officiers d’état civil, objecteurs de conscience. Que le droit d’accepter ou de refuser reste un paramètre d’harmonie personnelle du célébrant. Nous devons savoir nous engager à faire de la société de demain une société heureuse, dans laquelle les institutions civiles, de même que les religions d’ailleurs, rassemblent autour d’un idéal partagé et ne divise pas sur des différences. »

     

    MARIAGE POUR TOUS. Je suis homosexuel, pas gay : cessez cette confusion !

     

    Metz inspire

    Dénaturation du mariage : Monseigneur Raffin écrit aux catholiques de son diocèse

     

    Anatole se demande comment on fait les bébés ?

     

     

    Metz inspire


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Ajout d'un étage rue des Huiliers

    Un étage en construction depuis près de 2 ans

    Le maire autorise les défigurations car il aime les promoteurs

    Etage terminé de la rue des Huiliers

    Sans affichage explicatif, le propriétaire de l'immeuble où se trouve le Palais Marocain, fait des travaux et ajoute un étage ; la perspective de la rue peut-elle être revue sans autorisation ?

    Avant les travaux :

    Etage supplémentaire rue des Huiliers


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires